Archives de Tag: marcus gévia

Marcus Gévia (Boxe anglaise) : Dans mon sac de sport #2

Vous allez découvrir au fil du temps une série de photographies qui mettent en lumière les espoirs français de Rio sous un angle…différent ! Les sportifs se mettent à nu en nous dévoilant l’intérieur de leur sac de sport. Objet banal en soi, son contenu peut révéler bien des surprises sur son ou sa propriétaire, en fonction de sa discipline et de sa personnalité. Dans la construction de sa performance, l’athlète a un rituel de préparation qui lui est propre. Les objets, font partie intégrante de ce rituel. Des petits trésors, des petites histoires qui pour la première fois sont partagés.

A 19 ans, Marcus Gévia est déjà triple champion de France de boxe anglaise. Membre de l’équipe de France, il participait ce week-end aux championnats du monde universitaires, en Russie,  où il a décroché la médaille d’argent. Un titre mondial qui s’ajoute au palmarès du jeune Réunionnais. Une marche de plus vers son ultime rêve : Rio 2016. D’ici là, il nous a offert la possibilité de s’immiscer dans son sac de sport.

Marcus_Fotor

Dans le sac de sport de Marcus Gévia : Gants, casque, coquille, vaseline, cœur en mousse, photo de son neveu.

« L’objet qui a la plus grosse valeur sentimentale dans mon sac est la photo de mon neveu. Il me l’avait donnée avant les championnats du monde en 2012. Au dos, il est inscrit : Pour mon champion. Ma sœur a ajouté : dans le K.O il n’y a pas d’injustice. Avant mon combat je regarde cette photo plusieurs fois. Ma famille tiens une place très importante dans ma vie. Elle est un de mes piliers. J’ai aussi un cœur en mousse offert par ma copine.

Parmi mon matériel, une coquille. Le jour où j’ai cassé la mienne, le pôle France m’a donné celle-là. Elle est spéciale, c’est presque une relique. Elle appartenait à Brahim Asloum (champion olympique et champion du monde, ndlr). En combat officiel je ne peux pas la porter, c’est trop gros. Pour le casque, c’est la même chose. Depuis que les règles ont changé nous n’avons plus le droit de nous protéger la tête pendant les compétitions. Des casques, j’en ai plusieurs, de différentes couleurs. Bleu, noir ou rouge. Les gants, c’est la même chose.

Dans mon sac de boxeur, on trouve aussi de la vaseline. C’est de la crème très grasse. Nous en appliquons sur le visage pour que les coups des adversaires glissent sur la peau. Nous avons une limite à ne pas dépasser. Si l’arbitre juge qu’il y en a trop, il nous demande d’en enlever. Sinon, le spectacle et le combat perdent de leur intérêt. Quand mon entraîneur applique la vaseline sur mon visage, je sens que je vais monter sur le ring, que je vais bientôt boxer. L’adrénaline monte. Ce moment n’est pas anodin, il fait partie de mon rituel.

Je dois avouer que je suis un garçon plutôt bordélique et tête en l’air. Mais avec mes affaires de boxe je suis très rigoureux. Il est rare que j’oublie quelque chose. »

Propos recueillis par Méryll Boulangeat @Meryll_B

Photos : Emmelieke Odul

Publicités
Tagué , , , , , , , , ,

Marcus Gévia, boxeur sentimental !

Marcus Gévia

Marcus Gévia

Marcus Gévia

Marcus Gévia

Marcus Gévia est un boxeur sentimental a qui tout sourit ! Champion de France de boxe 2013, il vient également de sortir son premier clip « Dans le love ». Une sortie réussie puisque la vidéo a fait son petit effet sur la toile. 1700 vues en une journée !

Entre la boxe et son univers musical qualifié de « lover », Marcus trouve vite le parallèle : « dans les deux domaines, c’est la même chose. Si je veux réussir, je dois m’en donner les moyens. Ça ne tombe pas comme ça en claquant des doigts.»

« Je chante depuis que je suis tout petit, raconte Marcus. A l’école primaire déjà, j’avais chanté devant toute l’école pour la fête de fin d’année. Comme pour la boxe, c’est une passion depuis toujours. L’année dernière, j’ai décidé de me lancer et d’enregistrer mes propres chansons en studio. » C’est le deuxième titre que Marcus dévoile au public et petit scoop pour les fans…deux autres sont à venir, déjà enregistrés. C’est les encouragements qu’il a reçu après la mise en ligne de sa première chanson, qui l’ont motivé pour enregistrer ce clip.

Un clip qui n’aurait jamais vu le jour sans l’aide de Guillaume Hoareau, le réalisateur de la vidéo. « Il nous a bien aidé, remercie Marcus. Il avait confiance en cette chanson.» Marcus a aussi pu compter sur le soutien de sa famille. «Financièrement, mes parents m’ont aidé, confesse Marcus. Et sans mes deux sœurs je n’aurais rien pu faire. Elles se sont beaucoup impliquées dans ce clip. Des idées à la déco, ce sont elles qui ont tout fait. »

Affiche du clip "Dans le love" de Marcus

Affiche du clip « Dans le love » de Marcus

Côté communication, Marcus a fait de la sortie de son clip un événement sur Facebook. De quoi attirer les curiosités… et la pression sur les épaules de Marcus : « Avant que le clip ne sorte j’avais le même stress qu’avant de monter sur un ring. L’appréhension de ce que les gens allaient en penser. » Et le verdict est tombé : « j’ai été surpris de la mobilisation après la sortie du clip. Je suis vraiment touché par les gens qui me soutiennent, qui me poussent. Que ce soit dans la chanson comme en boxe ». Un engouement fort pour la musique qui n’empêche pas Marcus de rester concentré sur sa pratique sportive « la chanson n’empiète pas sur la boxe.  Mes objectifs sportifs restent les mêmes. Mon rêve c’est Rio (ndlr : les JO en 2016). Je me consacre à la musique pendant mes temps libres. Souvent dans ma chambre après les entraînements. J’en profite aussi quand je rentre chez moi, à la Réunion, pendant les vacances. » Pas question pour autant de faire un choix entre la musique et la boxe « j’ai besoin des deux. C’est mon équilibre. Après les entraînements, la musique me permet de me recentrer sur moi même, de m’évader. Ca m’aide aussi à travailler mon imagination. » Une imagination primordiale pour Marcus puisqu’il écrit lui-même toutes ses paroles.

Rio dans le viseur côté sportif, le rêve musical de Marcus c’est « de (se) produire sur scène, que les gens aiment ce que je fais et que le public chante mes chansons. »

Méryll Boulangeat

Tagué , , , ,
Publicités