Archives de Catégorie: Sports mécaniques

Ambiance Supercross

Fabien Izoird Crédit photo : Thomas O'brien

Fabien Izoird
Crédit photo : Thomas O’brien

Il faut prendre un petit un chemin de terre cabossé pour arriver sur les lieux. Mais c’est une fois la voiture garée et la petite butte grimpée que le circuit de Supercross de St Thibéry (Hérault) se dévoile. Samedi 9 aout, le terrain languedocien y accueillait une manche des Championnats de France. Le circuit en plein air, monté de toutes pièces pour l’événement, « fait partie des plus grosses pistes de Supercross en France », selon Joël Carrier, le président du club de St Thibéry. « Nous avons travaillé sur la piste en collaboration avec le traceur officiel des Championnats de France pendant environ cinq mois. C’est un gros travail de préparation. Nous avons enlevé une bosse de près de 4 500 tonnes avec des pelles mécaniques pour élargir la piste. Plus la piste est large, plus il y a de la bagarre. »

Le circuit de St Thibéry

Le circuit de St Thibéry

Une piste plus large mais aussi plus rythmée que les années précédente comme le souligne le favori de l’épreuve reine (SX one), Fabien Izoird : « la piste est longue et il faut savoir jongler entre vitesse et efficacité. Il y a une partie très rapide où les sauts sont très espacés. On arrive ensuite sur une partie plus rythmée et plus physique. Il faut savoir se reposer au bon moment pour attaquer intelligemment. »

Fabien Izoird

Fabien Izoird

Après sa demi-finale remportée, Fabien Izoird, local de l’étape et leader du classement, retourne du côté du paddock, lieu de vie des pilotes et de leurs teams. Les techniciens bichonnent les motos pendant que les pilotes se ressourcent en vue de la finale. Le paddock prend alors des airs de camping-car sauvage : « la plupart des pilotes arrivent avec leur camping-car et il y a aussi les camions et les remorques des teams pour transporter tout le matériel, décrypte Mr Carrier. Nous mettons à leur disposition l’eau et l’électricité, pour qu’ils s’y sentent bien ». Un confort supplémentaire pour ces sportifs nomades : « J’ai la chance de me déplacer avec mon camping-car, sourit Izoird. Il y a tout le confort nécessaire, c’est une mini-maison roulante qui nécessite beaucoup d’entretien ».

Le paddock, lieu de vie des teams

Le paddock, lieu de vie des teams

La moto de Fabien Izoird avant les phases finales

La moto de Fabien Izoird avant les phases finales

4 500 personnes ont fait le déplacement pour voir l’événement nocturne. Public de néophytes et de connaisseurs se partagent les pelouses en amont du parcours. Plus qu’une compétition, c’est un véritable show qui leur est offert. Entre les manches, pompom girl et démonstrations de Freestyle sont à l’honneur.

La présentation des pilotes, escortés par les pompom girls, fait partie du show.

La présentation des pilotes, escortés par les pompom girls, fait partie du show.

Il est déjà une heure avancée dans la soirée lorsque les pilotes se présentent sur la grille de départ pour la finale. Ils sont 16 à en découdre pour une place sur le podium minimum. « Lorsque je suis sur la grille, je pense à ma position de départ, explique Izoird le métronome. Quand je vois le panneau qui annonce 15 secondes puis 5 secondes, je suis hyper concentré. Sur cette piste le départ est très court, c’est important de bien partir pour ne pas se faire serrer dès le premier virage. Après si tu es devant c’est plus facile, c’est toi qui imposes ton rythme aux autres. »

Fabien Izoird Crédit photo : Thomas O'brien

Fabien Izoird
Crédit photo : Thomas O’brien

La course est lancée. Izoird voit ses concurrents lui filer sous le nez : « j’ai fait une erreur au départ, ma moto à calé. J’ai mis du temps à la redémarrer ». Parti en dernière position, poussé par le public, il remonte un à un les concurrents pour échouer à la troisième place. Une performance saluée par les spectateurs bien que le chouchou du public ne termine pas à la place espérée. « C’est ma pire place de la saison mais j’ai sauvé les meubles. A domicile, j’espérais un peu mieux. J’ai laissé beaucoup d’énergie à remonter sur la tête de la course. La piste était glissante, ce n’était pas facile de doubler. »

La compétition terminée, le dernier show Freestyle prend le relais, histoire de finir sur une touche de légèreté. Petit à petit le public quitte les lieux laissant sur place les pilotes et les 130 bénévoles présents.

Méryll Boulangeat @Meryll_B

Publicités
Tagué , , , , , , ,