« Comme sur un ring, tu n’as qu’une seule chance »

Un mois après la sortie officielle du film « Victor Young Perez » en DVD, l’acteur principal et ancien champion du monde de boxe, Brahim Asloum, revient sur sa prestation à l’écran. Le film retrace la vie et le destin tragique de Victor Young Pérez. Le boxeur franco-tunisien  détient toujours le record du plus jeune champion du monde de boxe dans sa catégorie. Un film poignant.

L'affiche du film "Victor Young Pérez"

L’affiche du film « Victor Young Pérez »

A-t-il était facile d’interpréter le rôle de Victor Young Pérez ?

J’ai essayé d’être le plus vrai, le plus sincère possible dans mon interprétation. J’ai pu m’identifier facilement au personnage car nous avons tous les deux combattus dans la même catégorie, celle des poids mouches. De plus, lui était Tunisien membre de la communauté juive et moi je suis d’origine algérienne et musulmane. Alors qu’hier les juifs étaient persécutés, aujourd’hui ce sont les musulmans qui sont stigmatisés. Le parallèle entre nos deux vies m’a plu. A travers ce film, j’ai envie d’adresser un message de paix. Il faut que l’on soit tous plus solidaires, que l’on s’aime les uns les autres.

Le métier d’acteur est-il tellement différent du métier de boxeur de haut niveau ?

Ce film, c’est avant tout une super aventure. A part la boxe, peu de choses m’ont procuré ce genre d’émotions. Boxer c’est très fort : l’adrénaline que tu ressens avant de monter sur un ring, tu te mets à nu entre quatre cordes devant des milliers de spectateurs. Le boxeur a un égo très important : il est seul, sous la lumière devant des milliers de spectateurs. Ce sont des émotions intenses qu’il est difficile de retrouver ailleurs dans la vie. Quand la carrière est terminée, tout cela s’arrête. Le boxeur se retrouve dans l’ombre, il n’existe plus aux yeux du public. La reconversion est difficile et je crois que cette expérience m’a permis de me rapprocher des sensations que j’ai vécues en tant que sportif. Le stress, l’adrénaline et la pression ressentis devant une caméra ressemble un peu à ce qui se passe sur un ring. C’était une expérience magique !

Comment arrive-t-on au cinéma après une carrière de sportif de haut niveau ?

Comme tout le monde j’en rêvais mais je ne pensais pas le faire un jour. C’est très difficile de trouver des acteurs capables d’incarner techniquement des boxeurs alors la production a fait appel à moi. On m’a proposé de faire un casting. J’ai eu 48 heures seulement pour me préparer et apprendre les textes. J’y suis allé au culot, ça a marché.

Brahim Asloum lors de la présentation du film à l'INSEP où se trouve une plaque commémorative de Victor Young Pérez

Brahim Asloum lors de la présentation du film à l’INSEP où se trouve une plaque commémorative de Victor Young Pérez

A l’approche du tournage, quelle préparation avez-vous effectuée ?

Je n’ai jamais fait de théâtre ou pris de cours de comédie. Par contre,  j’ai dû me remettre au sport de manière intensive. Pendant deux mois, j’ai fait de la remise en forme. Je voyais un coach deux heures par jour, deux à trois fois par semaine. En même temps, nous révisions les textes. J’ai passé beaucoup de temps à lire et relire le scénario. Au bout de trois semaines, je connaissais mon texte par cœur mais aussi celui des autres. Je ne voulais pas arriver sur le tournage et bafouiller. C’était important pour moi de le connaître sur le bout des doigts. J’ai préparé ce tournage comme un championnat du monde de boxe. Quand je suis arrivé devant les caméras, je voulais être prêt. Je me suis dis « c’est comme sur un ring : tu n’as qu’une chance ». Quand j’entendais « action », c’est comme si c’était le gong du début d’un combat qui résonnait.

Avez-vous d’autres projets cinématographiques en vue ?

C’est un métier assez compliqué à exercer. Contrairement au sport, on dépend à 100% des producteurs et des réalisateurs. On ne peut pas faire un film tout seul. J’ai reçu beaucoup de compliments pour ce film alors pourquoi pas en faire d’autres. J’ai pris un agent et je me laisse un an, un an et demi pour voir. On m’a déjà proposé une ou deux petites choses…

Propos recueillis par Méryll Boulangeat @Meryll_B

[jwplayer mediaid= »314″]

Publicités
Tagué , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :